• enivre moi.

    Aux lumières de la ville des visages sans noms,
    Nous tentons un exil, dis-moi quel horizon,
    Au milieu des soirées des rêves et des branleurs,
    Ecorchés, déchirés...

    Dans le lot de la nuit, allez brûle la vie
    La vie comme un éclair, au plaisir de la chair
    De plaisirs en plaisirs, j'ai la soif de vivre
    Et la fièvre qui monte, et puis toi...
    Et puis toi qui m'enivre, et puis toi qui m'enivre...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :